Amour poèmes et poésie

Texte sur l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962


2429 lectures O ! Combien des mains étaient levées au ciel,
(Cinq juillet 1962)

O ! combien des mains étaient levées au ciel,
Pour sanctifier fortement cet éclat vermeil
Que juillet avaient enfanté dans nos têtes
Pour animer l’ambiance d’une grande fête

O ! combien des veuves et des orphelins
Ont gardé le secret en livrant au destin
Les tristes regrets d’un passé coloniale dur
Qui avait tristement rempli les sépultures

Par des êtres intègres voulant sortir
De ces sombres étendues avec le désir
De vivre calme, libre et sans aventures
Dans un monde garantissant un futur

Meilleur, à ces enfants pleins d’ardeur
Ayant connu, que l’arrogance du dévastateur
Et l’ombre horrible d’un temps ennuyeux,
Qui brouillait la voie d’un univers gracieux.

Dad Allaoua