Derniers Textes écrits par les Poètesses et les poètes:

Je t’aime d’un amour sans faille

Poème d’une femme amoureuse D’un amour sans faille Je n’écoute que mon cœur Ma raison déraille Je suis incapable de penser Je te revois auprès de moi Quand je pense à toi Tu es palpable Comme si tu étais la Je suis amoureuse

AINSI VA LA NUIT

Un chat, patte de velours sur un coussin de satinUne souris qui soupire, un lapin pas malinUne terre qui ne tourne pas très rondUne planète qui oublie ses chagrins… Le chat regarde la luneLa souris guette une étoile filanteL’air se fait lourdLe soleil quitte le jourLe feu couve sous la brume Au secours! C’est déjà [...]

Poème pour la Toussaint

Je veux écrire de la poésie pour nos défunts que l’on a vu mourir Les morts ne meurent pas, ils vivent au pays des rêves sans plus souffrir Le jour de La Toussaint, ils reviennent sur terre habiter nos souvenirs Les défunts ont pour nous un message : un jour la vie doit finir Message [...]

MERCI PARIS, poème

Pour tes flâneurs et tes élégants Et tes gars de Menilmontant Pour tes artistes du Pont des Arts Tes tenanciers de tous les bars Pour tes marchands des quat’saisons Et tes rois de l’accordéon Pour tes filles aux bas nylon Merci Paris Pour tes musiciens des ruelles Et tes amoureux du Carrousel Pour l’allumeur de [...]

L’amour, poème

C’est un sentiment si étrange et en mme temps envoutant où l’on profite de chaque instant pour savourer comme une orange On peut soit être romantique ou bien mélancoliqque et quand arrive un enfant nous n’en sommes que plus grand non pas par l’âge que l’on a mais car cela nous apporte la sagesse pour [...]

ON EST COMME TOI

On est comme toi, En parallèle de ta vie. On lève les doigts, Pour montrer qu’on est ici. On vit de quoi, Se refaire un paradis. On est comme toi, On aime les gents quand il sourit. Ta famille, tes amies Tes enfants, tes ennuis Les tracas des amis C’est une vie assouvie.

TRANSITION

(Quand l’homme ou la femme s’oriente vers l’homosexualité). Souviens-toi Qu’autrefois Après-moi Il y avait Des gents moqueurs. Toi et moi Nous voilà Enlacés Les doigts en cœur.

Mon coeur t’appartient

Mon cœur t’appartient Il est à toi J’ai voulu t’oublié En vain Mon cœur est fragile Il est d’argile Il est facile Il est sincère

DESILLUSION

(Voici une erreur de la perception, provoquée par des croyances irréalistes et erronées, mais qui séduisent encore l’esprit de l’être humain.) J’ai pas grandi sous les soutanes Y’ aurait fallu oublier mes manières Plutôt porter un bonnet d’âne Que faire de moi un curé ordinaire . J’ai pas prié dans les églises Pour oublier les [...]

Puisqu’il faut mourir… poème sur la mort

Puisqu’il faut mourir J’ai vécu tellement de belles choses, aimé jusqu’à l’overdose J’ai tellement pleuré et ri, tellement de souvenirs et de roses A l’heure où la mort frappe à ma porte, je veux vivre encore Vous quitter, mes amis et ma famille, tel est mon triste sort Puisqu’il faut mourir un jour, je voudrais [...]