Le vieux chemin, poème nostalgie


Le vieux chemin

Je me souviens du chemin creux,
Passant tout près de la maison
C’était celui de mes aïeux,
Depuis bien des générations.

Entre les arbres, dessiné,
Il était là tout sinueux
Les quelques chênes et châtaigniers,
Montaient la garde majestueux.

Les roues de bois avaient tracé,
Deux sillons imprimant la terre
Nous pouvions ainsi les nommer,
Par des noms, tous imaginaires.

Tantôt habillé de verdure,
Puis mis à nu pendant l’hiver
Mais une chose dont je suis sûr,
Nous l’aimions bien, moi et mes frères.

Depuis longtemps il a changé,
Et les grands arbres ne sont plus
Il est tout seul abandonné,
Les deux sillons ont disparu.

De cette histoire très ordinaire,
Je veux tirer mes instructions
Veiller sur ma vie toute entière,
Qu’elle conserve sa vocation.

Pour que ma vie demeure utile,
Je dois toujours la surveiller
Eloigner les choses futiles,
Qui finiraient par l’étouffer.

Poème de Nostaligie sur ses racines et ancêtres écrit par Yves

4 commentaires
  1. maulavé Répondre

    très beau texte dans la veine nostalgique dans la lignée d’illustres ancêtres comme Verlaine ou Baudelaire, ou plus près de nous Françoise Hardy quand elle évoque son enfance.

  2. Arlette50 Répondre

    Nos aïeux nous ont laissé un bel héritage, à nous de les conserver et de les transmettre à notre tour.
    Rien n’est plus beau que de se souvenir de ce temps passé. J’ai aimé vous lire.
    Amicalement Arlette

  3. Énaid Répondre

    Merci pour ce beau poème qui vient nous brasser les souvenirs d’enfance
    ce fut très agréable à lire.
    Énaid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.